John Casablancas - Le ‘‘pirate de la mode’’As du marketing qui créa le modèle superstar

Fondateur de la mythique agence Elite, l’agence de mannequins de renommée mondiale, il a révolutionné le mannequinat dans les années 70’. La vie de John Casablancas ressemble plus à une sulfureuse aventure qu’à une saga familiale. 

Né en 1942, John Casablancas est issu de la très haute bourgeoisie industrielle espagnole. Il passe son enfance entre le Mexique, les Etats-Unis et l’Europe où son destin semble tout tracé : il devrait être banquier ou reprendre l’entreprise familiale. Tout est sur des rails, bien organisé et bien défini. Mais peu importe les voies toutes tracées, quand la passion est plus forte elle fait tout chambouler, et la passion de John Casablancas ce sont les femmes. Alors pensionnaire dans son collège très huppé de Suisse, le Rosey, il couche avec une des bonnes. Il est alors renvoyé ce qui l’empêche d’intégrer les très grandes écoles comme Yale ou Harvard et fait basculer son destin. 

Renvoyé et chassé par conséquent des élites traditionnelles, John Casablancas se marie avec une française et travaille au Brésil au département Marketing de Coca. Vite lassé, l’Europe lui manque et le couple s’installe à Paris dans les années 60’. La révolution de 1968 symbolisée par la jupe courte des parisiennes et l’esprit de liberté féminine sera fatale au couple et à ce premier mariage, encore le destin? C’est alors que John Casablancas s’installe à l’hôtel où il rencontre ‘‘la plus belle femme au monde’’ : Jeanette Christjansen, sublime mannequin danois, véritable icône de la beauté de l’époque. Subjugué, amoureux, c’est dans cette rencontre qu’il décide de fonder sa première agence – Elysées 3. Financé par son père, c’est un véritable fiasco. 

Il persévère et fait de nouvelles rencontres, a de nouvelles idées. Il se rend compte qu’à partir du moment où on pouvait nommer un mannequin, lui donner un prénom et se rappeler son histoire, sa valeur augmentait. Concept très novateur pour l’époque où les mannequins étaient plus utilisées comme des portes manteaux… John Casablancas va créer le modèle superstar.

Plus businessman qu’agent de mode, sa première idée de génie est donc de se dire qu’il faut augmenter leur notoriété pour vendre plus cher leur image.  Sa seconde idée fut de donner une place sur le podium à toutes les femmes car à l’époque, pour être mannequin, il fallait être suédoise avec des yeux bleus. John Casablancas est le premier a lancer des femmes avec des formes, des brunes, typées, des blacks … Et enfin, il en fait de véritables stars, au salaire astronomique. Naomi Campbell, Cindy Crawford, Karen Mudler, Stéphanie Seymour ou Linda Evangelista, derrière ces femmes hors-normes on retrouve John Casablancas.

Elite devient l’agence de la fête, des stars et du glamour … toutes les plus belles filles de l’époque veulent absolument y travailler. Véritable visionnaire et as du marketing, John Casablancas organise les ‘‘t-shirts party’’ : des soirées où toutes les mannequins et les plus belles femmes de Paris sont présentes et où il faut porter le t-shirt Elite pour y entrer. Il attire les foules, tous veulent danser aux côtés de ces déesses, les médias viennent pour y faire des reportages, la notoriété est faite. L’agence Elite devient la plus branchée de la place de Paris, les autres tremblent devant ce concurrent hors normes qui se fait qualifier de ‘‘pirate de la mode’’. Un film d’ Hubert Woroniecki intitulé:‘Casablancas’ lui sera consacré.
Voir la bande annonce

Categories: Home Success-Story