Le cricket, méconnu, est pourtant le sport le plus pratiqué au monde après le football

Saviez-vous que les anglais aiment à croire qu’ils ont inventé tous les sports ? Et bien il faut bien avouer qu’ils n’ont pas tout à fait tort, l’origine de nombreux sports provient de l’amélioration et de la modernisation de jeux traditionnels venant de Grande-Bretagne tels que le football, rugby, golf, tennis, netball ou cricket. 

Si la plupart de ces sports ont une renommée internationale, le cricket n’est pratiqué que dans quelques pays du Commonwealth et particulièrement populaire en Inde mais aussi en Australie, Nouvelle Zélande et Afrique du Sud.

Les règles de ce sport sont très complexes et restent souvent obscures pour les non-initiés. Une partie peut durer un après-midi ou plusieurs jours, sans limites de temps ! Proche voisin du base-ball, les équipes se mettent à la batte successivement pour le lancer jusqu’à ce qu’ils marquent, alors qu’une des équipes joue sur le terrain et tente d’effectuer un tour complet avant que le point ne soit marqué.

La coupe du monde de cricket est organisée tous les quatre ans. Sa 12ème édition aura lieue cette année aux Pays-de-Galle en Angleterre du 30 mai au 14 juillet. S’il n’est pas encore un sport Olympique, l’unique épreuve en jeux olympique s’est déroulée en 1900 à Paris avec deux équipes masculines engagées, opposées au cours d’un seul match. La Grande-Bretagne fut créditée de la victoire face à la France.

Principe du jeu : 

Le cricket oppose deux équipes de onze joueurs sur un terrain généralement de forme ovale. Un match peut durer, selon la forme jouée, de quelques heures à plusieurs jours. Une rencontre est divisée en plusieurs manches. Au cours de chacune d’entre elles, l’une des équipes essaye de marquer des points (runs ou courses), l’autre essaye de l’en empêcher. Le but du jeu est de marquer plus de runs que l’équipe adverse.

Au cours d’une manche, l’équipe qui doit marquer des points dispose de deux joueurs à la fois sur le terrain : les batteurs (batsmen). Ils sont équipés chacun d’un accessoire de bois appelé batte. Les onze joueurs de l’équipe adverse sont également dans l’aire de jeu. Les deux batteurs se trouvent au centre du terrain, aux extrémités d’une portion rectangulaire de l’aire de jeu appelée pitch. Chacun de ces batteurs se trouve devant un ensemble de trois piquets de bois verticaux surmontés de deux témoins : le guichet (wicket). Les deux guichets sont séparés d’une vingtaine de mètres.

Parmi les onze joueurs de l’équipe au lancer, un gardien de guichet est désigné. Il est placé juste derrière le wicket d’un des batteurs adverses. Il porte des gants. Les dix autres joueurs sont susceptibles d’être lanceurs (bowlers), c’est-à-dire d’avoir à lancer la balle. Lorsqu’un de ces dix joueurs est désigné pour lancer la balle, il prend une course d’élan et, arrivé au niveau d’un des guichets, lâche la balle en direction de l’autre guichet. Le lancer se fait bras tendu au-dessus de l’épaule et, la plupart du temps, la balle effectue un rebond sur le terrain avant d’atteindre le batteur situé au niveau du guichet cible.

Le batteur qui fait face au lancer doit essayer de taper la balle avec sa batte. Une fois le lancer effectué et, éventuellement, la balle tapée par le batteur, son coéquipier et lui peuvent échanger leur position. Chaque échange de position rapporte un run, et plusieurs échanges successifs sont possibles. Les batteurs gardent ensuite la position qu’ils occupent après les échanges : si le nombre d’échanges effectué est impair, c’est le batteur qui n’a pas fait face au lancer précédent qui fait face au suivant. Si la balle tapée par le batteur sort du terrain sans toucher le sol, son équipe marque six runs. Si elle sort après avoir touché le sol, elle marque quatre runs. Dans ces deux cas, les batteurs reprennent ensuite la position qu’ils occupaient avant le lancer.

Si la balle lancée par le bowler touche le guichet, le batteur qui fait face au lancer est éliminé. Il est éliminé également si la balle qu’il tape avec sa batte est attrapée au vol par l’un des onze joueurs adverses. De même, si les batteurs sont en train de courir pour essayer de marquer un run et que l’un des guichets est détruit avec la balle par l’un des onze adversaires, celui qui se dirige vers le guichet détruit est éliminé. Il y a en tout neuf modes d’élimination possibles. Lorsqu’un batteur est éliminé, c’est l’un de ses coéquipiers qui n’a pas encore joué qui le remplace sur le terrain.

L’équipe qui effectue les lancers change de lanceur toutes les six balles. Le nouveau lanceur désigné effectue son lancer depuis le côté opposé à celui du lanceur précédent et ainsi de suite jusqu’à la fin du match.

Lorsque dix des onze batteurs d’une équipe ont été éliminés, les deux équipes échangent leur rôle.

Categories: Sport