Qui était cette femme qui a fait de l’architecture urbaine des oeuvres d’art aux courbes intemporelles?

Née le 31 octobre 1950 à Bagdad (Irak), d’une mère artiste et d’un père riche industriel et politicien de gauche co-fondateur du Parti national démocrate en Irak. Dans les années 1960 elle est envoyée avec ses deux frères en Europe, où elle fréquente les luxueux pensionnats Suisse et Anglais. Plus tard elle étudiera les mathématiques à l’Université Américaine de Beyrouth (Liban) avant de s’installer à Londres pour étudier l’architecture. En 1980 elle crée sa propre agence à Londres tout en gardant un pied dans de prestigieuses universités où elle enseigne l’architecture.

"Son style se caractérise par une prédilection pour les entrelacs de lignes tendues et de courbes, les angles aigus, les plans superposés, qui donnent à ses créations complexité et légèreté. "

Chacune de ses conceptions urbaines est une oeuvre d’art. Elle reçoit en 2004 le plus prestigieux prix existant dans ce domaine, le prix Pritzker. En 2006 une rétrospective de son œuvre a lieu au Guggenheim de New York. Ce ne sera que la deuxième architecte à avoir bénéficié de cet honneur après Frank Gehry. La même année, elle reçoit un titre honorifique de l’université américaine de Beyrouth et en 2008 elle est classée par le magazine Forbes au 69e rang des femmes les plus puissantes du monde.

(Perspectives – Zaha Hadid, portrait sensible – Departement-Herault)

Elle meurt le 31 mars 2016, à Miami, des suites d’une crise cardiaque, laissant derrière elle des oeuvres architecturales incroyables, achevées et inachevées, de nombreuses récompenses, nominations et expositions. Son agence londonienne mondialement connue « Zaha Hadid Architects » existe toujours et oeuvre à concevoir l’architecture urbanistique comme une oeuvre d’art – avec la « Hadid Touch ».

Categories: Success-Story